Même à l’époque de Skype, le Phreaking, ou piratage téléphonique, se développe de façon discrète, mais certaine, en utilisant les failles des centraux téléphoniques numériques (solution d’entreprises type PABX, PBX-VoIP….).

Comme dans le cas de la ville de Saint Malo, cela peut avoir pour objectif de détourner des capacités téléphoniques mais le phreaking permet également d’avoir accès aux communications elles mêmes, voix ou data.

Dans ce cas, ce sont les informations stratégiques de l’entreprise qui sont visées, la prise de contrôle du PABX se fera alors discrètement et sans générer de surcoûts alarmants sur la facture téléphonique.

La maîtrise des moyens de communication doit faire partie intégrante de la réflexion sur la sécurisation des données sensibles d’une entreprise.

www.silicon.fr

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail