Une partie des terminaux de paiement du métro de San Francisco a fait l’objet d’une mise hors service par un Ransomware. La perte d’exploitation s’est limitée à une journée de vente de tickets. Il est probable que si les pirates avaient pu provoquer une gêne plus importante, ils l’auraient fait. Pourquoi se limiter à 25 % d’un parc informatique ? Pourquoi ne pas s’attaquer au système de contrôle de la circulation des rames…. ? En fait, cette affaire est plus certainement une victoire de l’opérateur de transport, ou, pour le moins, une preuve de sa résilience. Une conception de systèmes informatiques cloisonnés, une évaluation et une différentiation des niveaux de sensibilité, une sensibilisation des personnels et un bon système de back-up permettent, à défaut de parer tous les coups, d’éviter le pire.

www.zdnet.fr

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail