Le Groupement des Fédérations Industrielles (GFI) organisait ce matin avec le METI (Mouvement des entreprises de Taille Intermediaire), l’UIT (Union des Industries Textiles) et la FIM (Fédération des Industries Mécaniques), une matinée de débat et de réflexion sur l’avenir industriel de la France, avec un titre qui résume bien la teneur des échanges : « reconquête industrielle : maintenant ou jamais ! ». Des représentants de F Fillon, E Macron et de B Hamon étaient invités à présenter les intentions de leur candidats en faveur de l’industrie.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les politiques sont encore loin de répondre aux attentes des industriels. A la baisse promise de l’impôt sur les Sociétés (IS), les chefs d’entreprises préféreraient un allégement de la fiscalité de production, sur le capital ou les immobilisations. Souvent, du fait de multiples et cumulatifs impôts locaux, celle-ci frappe l’outil de production avant même la création de richesse. Ils s’inquiètent également des projets de fiscalités dite écologiques dont ils estiment y être déjà largement assujettis alors même que leurs outils industriels sont parmi les plus propres d’Europe (et que dire s’il fallait les comparer aux usines chinoises).

Enfin, s’ils disent souffrir d’une normalisation parfois difficile à interpréter, les industriels attentent des futurs élus, qu’ils leur permettent, avant tout, de renforcer leur compétitivité et leur positionnement à l’international.

http://www.m-eti.fr

 

Facebook Twitter Google+ Linkedin Mail